Que faire en cas d’arrêt maladie

Les maladies, les accidents ne préviennent jamais, sinon on saurait comment les éviter ou comment organiser notre vie professionnelle. En effet, une maladie pourrait nous obliger à interrompre nos activités professionnelles. Heureusement que ces arrêts de travail pour maladie peuvent être pris en charge par l’Assurance maladie. Mais comment faire ?

Informer sa caisse d’Assurance maladie et son employeur

Même malade, on ne peut pas vaquer dans son travail, sans justification officielle. Ainsi, il est indispensable d’obtenir un avis d’arrêt de travail ou un certificat médical, que seul le médecin, généraliste ou spécialiste, peut délivrer.

Ainsi, on dispose exactement d’un délai de 48 heures pour obtenir cet avis d’arrêt de travail. Il s’agit d’un document en trois volets que nous dresse le médecin. On doit alors le remplir avec soin. Il faut ensuite remettre les deux premiers volets au service du contrôle médical de sa Caisse d’Assurance maladie, et le troisième volet à l’employeur pour justifier l’arrêt de travail pour maladie, et notamment si l’arrêt de travail maladie devrait être prolongé. En cas de prolongement en effet, il faut envoyer une deuxième fois les mêmes documents à la Caisse d’Assurance maladie et à l’employeur. Et ce, dans un délai de 48 heures également. Mais cette prolongation doit être accordée par le même médecin, sinon par le médecin traitant, sauf en cas d’hospitalisation.

Pour les chômeurs indemnisés, le troisième volet du document doit être adressé à leur agence Pôle emploi.

Arrêt maladie

Arrêt maladie

Le salarié a des obligations

Durant l’arrêt de travail pour maladie, le salarié doit :

  • bien suivre les prescriptions de son médecin,
  • et s’abstenir de toute activité rémunérée ou non.

Ainsi, il ne faut pas quitter son domicile ou séjourner en dehors de son département de résidence, sauf accord de sa Caisse d’Assurance maladie, durant la durée de l’arrêt de travail pour maladie.

Obtenir le versement d’indemnités journalières

En tant que salarié, on peut recevoir des indemnités journalières si on remplit les conditions d’octroi. C’est l’employeur qui transmet l’attestation de salaire à la Caisse d’Assurance maladie du salarié, pour que celui-ci puisse obtenir ses indemnités.

En aucun cas, l’employeur n’a le droit de licencier un salarié en arrêt de travail pour maladie.

En ce qui concerne le chômeur, il devra également adresser à sa Caisse d’Assurance maladie ses trois derniers bulletins de salaire précédant sa période de chômage, ou sa notification d’admission à l’Assedic et son dernier relevé de situation.

L’importance d’une assurance indemnité journalière complémentaire

Normalement, la perte de salaire due à un arrêt de travail pour maladie est compensée par les indemnités journalières versées par notre régime obligatoire d’Assurance maladie. Mais en réalité, cela ne suffit généralement pas. Il est alors plus judicieux de souscrire une assurance complémentaire pour obtenir de meilleures indemnités journalières en cas d’arrêt de travail pour maladie, auprès d’un organisme de complémentaire santé.

Que proposent les contrats d’assurance indemnité journalière en cas d’arrêt de travail ?

Plusieurs organismes de couverture complémentaire santé proposent des indemnités journalières en cas d’arrêt de travail. De manière générale, il est possible de recevoir une indemnité journalière forfaitaire dont le montant est déterminé par l’assuré. Dans ce cas, il n’est pas besoin de justifier la perte de revenu. Mais on peut également choisir de recevoir des indemnités journalières complémentaires sur la base du salaire. Ainsi, le montant de l’indemnité ne peut excéder celui du salaire.

Afin de bien choisir ce qui nous convient, il faut donc bien vérifier le contrat proposé par l’organisme de complémentaire santé concernant l’indemnité journalière, et bien sûr, comparer les offres afin de favoriser celle qui apporte le meilleur rapport qualité/prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.