Définition de la prise en charge des troubles du langage

Les troubles du langage se manifestent par des difficultés du fonctionnement de notre système cognitif. De manière générale, ils sont diagnostiqués dès l’enfance, et peuvent se traiter, notamment par l’orthophonie.

Quels sont les principaux troubles du langage ?

On distingue deux types de troubles du langage : les troubles du langage écrit et les troubles du langage oral, les plus fréquents.

Les troubles du langage écrit

Les différents troubles du langage écrit sont :

  • la dyslexie: confusion de certaines lettres voisines graphiquement ou phonétiquement, et inversion de l’ordre ou omission de lettres, des problèmes généralement diagnostiqués dès la CE1 ;
  • la dysorthographie: troubles de l’écriture, consécutive ou indépendante de la dyslexie (saut de lettres, oubli de syllabes) ;
  • la dyscalculie: difficultés à appréhender les concepts mathématiques (opération, numération, etc.) ;
  • la dysgraphie: difficultés à tracer des chiffres et des lettres (orientation, dimensions, etc.).

Les troubles du langage oral

  • le bégaiement: répétitions on blocage à l’émission du langage. Ce trouble est fréquent et peut être banal de deux à trois ans. Mais il faut s’en préoccuper s’il persiste au-delà de trois ou quatre ans, parce que cela peut être lié à un trouble moteur, psychologique ou communicationnel.
  • les troubles de l’articulation (cheveu sur la langue, zozotement, etc.) : il s’agit d’une sorte de « frein de la langue », pouvant être d’origine bucco-dentaire.
  • la dysphasie: lacunes de vocabulaires, expression télégraphique et difficultés de compréhension. Ce trouble est généralement diagnostiqué vers cinq ou six ans.
Trouble du langage

Trouble du langage

La prise en charge des troubles du langage

De manière générale, les troubles du langage sont pris en charge par orthophonie. Ainsi, il faut procéder par un bilan orthophonique, pour que le médecin puisse situer l’enfant dans sa classe d’âge, et repérer les troubles ou retards. Ce type d’évaluation par l’orthophonie porte notamment sur :

  • l’articulation,
  • la capacité à répéter voyelles, syllabes et mots de difficultés croissantes,
  • l’aptitude de l’enfant à s’exprimer dans un langage signifiant.

C’est en se basant sur les résultats de ce bilan orthophonique qu’il sera possible de déterminer un programme de rééducation sous forme de séances personnalisées pour l’enfant. Ainsi, il n’est pas rare qu’il y ait plusieurs séances d’orthophonie, notamment pour les enfants atteints de bégaiement, et de dysphasie. Dans ce dernier cas, la rééducation orthophonique pourrait même s’étaler sur le long terme. Mais d’autres méthodes de rééducation supplémentaires pourraient être prescrites à l’enfant, par exemple l’orthodontie pour les troubles de l’articulation, la psychothérapie et la relaxation pour les enfants qui bégaient, etc.

La prise en charge par la Sécurité sociale et les mutuelles

La Sécurité Sociale prend en charge le bilan orthophonique prescrit par un médecin, à hauteur de 60% sur la base du tarif de convention qui est de 56,88 euros.

Avec une bonne mutuelle complémentaire santé qui couvre au moins à 100% le bilan orthophonique, nous n’aurons même pas à payer le ticket modérateur restant à notre charge. Il convient donc de bien choisir sa mutuelle si on a à charge un enfant souffrant de troubles du langage.

On peut contacter un orthophoniste dans les hôpitaux, les CMPP, les IME, etc. Mais ce professionnel peut également exercer en libéral, et les séances d’orthophonie se dérouleront donc dans son cabinet ou à domicile. Nous pouvons avoir leur contact auprès de notre médecin traitant ou sur la liste des professionnels proposée par la Sécurité sociale sur son site Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.